Programme de la réunion du 17 mars 2005

Systèmes complexes pour l'analyse et le traitement d'images


Présentation

Cette journée a pour objectif de faire un bilan des travaux sur les systèmes complexes d'analyse d'images en soulignant les questionnements scientifiques correspondants. Elle est organisée en deux parties : la matinée consacrée à des exposés "seniors" et l'après-midi des exposés montrant le spectre large des thèmes scientifiques concernés par ce groupe.

Programme de la journée

RESUMES

Catherine Garbay - IMAG Grenoble

Titre : Systèmes complexes pour l'interprétation des images... 10 ans après

Présentation au format PowerPoint

Résumé : L'exposé débutera par un rappel des principales conclusions du groupe de travail qui s'est constitué sur ce thème en 1995. Il indiquera ensuite quelques éléments d'évolution du domaine, en s'organisant autour des quatre modalités d'analyse définies par le groupe : co-exploitation, coordination, adaptation, apprentissage. Les problèmes de conception seront également considérés, ainsi que la question centrale des connaissances : quelles sont les connaissances utiles, comment les acquérir, comment les intégrer au sein des systèmes.


Régis Clouard - GREYC Caen

Titre : Le problématique de la conception de systèmes complexes en traitement d'images.

Présentation au format pdf

Résumé : Dans cet exposé, nous cherchons à comprendre pourquoi il n'existe pas à ce jour de système général pour le traitement d'images. Un tel système devrait être accessible à des utilisateurs naïfs pour leur permettre de créer leur propres applications logicielles. Nous nous situons résolument dans le cadre strict du traitement d'images, c'est à dire limité aux objectifs de transformations d'images en images sans interprétation du contenu, mais aussi indépendant de tout domaine d'application. Après avoir exposé les raisons qui font du développement d'une application un problème à la fois complexe et compliqué, nous suggérons quelques pistes existantes ou possibles pour construire de tels systèmes à partir d'un état de l'art.


Rémi Landais - INA / Liris Lyon

Présentation au format pdf

Titre : Adaptation d'algorithmes de détection, suivi et reconnaissance d'objets dans un flux audiovisuel

Résumé : Concevoir un système robuste de traitement de l'image et a fortiori de la vidéo est une tâche complexe qui nécessite, dans le cadre particulier de la détection d'objets, de leur suivi ou de leur reconnaissance, de construire des bases de données contenant un ensemble suffisamment divers d'instances de l'objet considéré. La construction d'une telle base est indispensable, notamment pour les phases de test du système. Pour autant, cette tâche s'avère rapidement impossible si l'objet considéré revêt un nombre de formes trop important comme cela peut être le cas pour les visages par exemple.

Nous proposons ainsi, pour remédier à ce problème, une méthodologie d'adaptation dont l'objectif est donc de "régler" un système en fonction du corpus sur lequel il est appliqué. Cette méthodologie s'appuie sur deux phases distinctes: un clustering des comportements du système et une phase de catégorisation des clusters obtenus en fonction de caractéristiques visuelles. Cette phase de catégorisation permet alors de mettre en relation les clusters correspondant à des comportements estimés "insuffisants" avec les paramètres qu'il convient d'ajuster pour améliorer les résultats du système.


Yannick Berthoumieu (LAPS UMR 5131 LASIS - ENSEIRB)

Titre : Interface Homme-Machine dédiée à la détection surpervisée d'un réseau de fractures

Résumé : Une partie de nos activités de recherche se consacre donc au développement d'une interface de visualisation et d'action permettant à l'opérateur d'interagir avec le volume de données. Cette interaction a pour but d'assurer la construction d'une surface représentative de la faille dont les caractéristiques géométriques sont ensuite exploitées dans la mesure de fracturation. Il s'agit alors d'une mesure supervisée dont le schéma opératoire est centré sur l'utilisateur. Les phases clefs qui lui sont associées mettent en jeu différents concepts liés à l'interaction, la perception, la cognition et l'algorithmique.

A cette fin, le schéma opératoire retenu comporte trois phases :

Chacune des phases du procédé nécessitent des développements d'ordre méthodologique qui ne peuvent être réalisés indépendamment les unes des autres et font du procédé un sujet fortement pluridisciplinaire.


Sébastien Chabrier (Laboratoire de Vision et Robotique - Bourges)

Présentation au format pdf

Titre : Evaluation d'un résultat de segmentation d'images

Résumé : La segmentation est une étape primordiale dans une chaîne de traitement d'images. Différents critères d'évaluation ont été définis dans la littérature afin de quantifier la qualité d'un résultat de segmentation d'une image pour un niveau de précision donné. Un critère d'évaluation supervisée utilise une connaissance a priori  (vérité terrain, jugement expert) pour effectuer cette tâche. Ils consistent généralement à l'utilisation de mesures de dissimilarité entre le résultat de segmentation obtenu et la vérité terrain. Un critère d'évaluation non supervisée calcule des statistiques sur le résultat de segmentation (homogénéité intraclasse, interclasses,..) pour quantifier sa qualité. L'objectif de cette présentation est de présenter différents critères de l'état de l'art et de mettre en évidence leurs performances au travers d'une étude comparative réalisée.


Montaine Bernard - Sic Poitiers

Titre : Modélisation structurelle du signal EEG basée sur les connaissances domaines.

Résumé : Le cerveau peut être considéré comme un système de traitement d'informations organisé en blocs concurrents et coopératifs avec des aires cérébrales travaillant indépendamment les unes des autres mais hautement interconnectées. Les techniques de type EEG (Electro-encéphalogramme) sont susceptibles de décrire ces processus cognitifs dès lors que l'on réduit la complexité du signal mesuré. La méthode développée afin d'analyser ces processus est basée sur une approche multi-échelle. D'une part le signal EEG est modélisé par l'extraction des informations pertinentes des images temps fréquence (décomposition en ondelette). D'autre part, ces informations sont utilisées pour la construction d'un graphe représentatif de l'activité cérébrale dans une aire donnée. Comparer deux activités cérébrales, revient `a comparer les variations des réponses enregistrées en terme de temps de réponse, fréquences, énergie et zones activées. Avec notre structure de représentation, déterminer ces variations revient à apparier deux graphes. Actuellement, cet appariement est réalisé en utilisant un algorithme bas e sur la méthode A*. La complexité du problème réside dans la disponibilité de schémas d'activation neuronale uniquement statistiques (ERS/ERD). Ce qui nécessite des phases longues de validation de chaque nouveau développement du modèle mis en oeuvre. Néanmoins, l'intérêt de l'approche réside dans l'unicité du modèle pour une description conceptuelle de l'activation (issue des connaissances liées à l'électrophysiologie et des modèles cognitifs) ou une description structurelle issue des données d'acquisition.